Blog

Parking Day | lundi 11 septembre 2017 | ça va sentir bon au Centre Maurice Ravel à Paris | Lire l'article

Ça va sentir bon au Centre Maurice Ravel à Paris !

rendez-vous vendredi 16 septembre quartier Montempoivre dans le 12e à Paris 

Le Centre Maurice Ravel à Paris

Nous sommes un centre d’animation et proposons sur l’année scolaire plus de 110 activités culturelles et sportives pour les petits et grands (de 3 à 99 ans). Nous proposons des événements et des animations sur une journée, un week-end, une semaine aux habitants du quartier et du 12ème arrondissement de Paris.

On connaît bien le Parking Day, on participe depuis 2012 ! Si la philosophie générale nous parle, nous saisissons surtout l’occasion pour proposer aux enfants et personnes du quartier un nouvel événement participatif.

On a déjà créé un parc’échange (trop de livres et de plantes, avec des jeux d’échec et ping pong), une exposition éphémère de mobilier végétalisé, un atelier de customisation de vieilles chaussures qu’on a appelé Pump’art, et même la Ravel Plage, un espace floral où se détendren, avec parasol, chaises longue et ballots de pailles.

centre maurice ravel © centre maurice ravel
 
centre maurice ravel © centre maurice ravel
 
centre maurice ravel © centre maurice ravel
 
Cette année, nous proposons un atelier « détente aromatique »

Nous avons la chance d’avoir des jardins pédagogiques et écologiques dans notre Centre. Cette année, avec Loïc, le responsable des jardins, nous mettons en place une animation autour des plantes aromatiques. Nous installons un atelier bouture et chacun pourra rentrer chez lui avec ses créations !

Nous serons installés sur deux places de parking en face du Centre : 6 rue Maurice Ravel 12ème (quartier montempoivre)

Et revenez nous voir le samedi 23 septembre ! Nous avons une grosse journée pleine de surprise pour la Fête des Jardins !

 
centre maurice ravel © centre maurice ravel
 
 

Parking Day | lundi 11 septembre 2017 | ET SI… On fabriquait un nouveau Marseille ? | Lire l'article

 
ET SI… On fabriquait un nouveau Marseille ?

Comme son nom l'indique, Make it Marseille s'est installé dans la lumière de Provence.

Make it Marseille est un espace de 450m2 en plein centre ville. Nous proposons aux professionnels de la création un lieu inspirant et équipé pour passer de l’idée à la réalisation de leurs projets.

Cette fabrique créative regroupe ateliers partagés, fablab, co-working et programmation inspirante, pour stimuler la communauté riche de savoir-faire et innover grâce au « faire ensemble ».

À la croisée du digital et de l’artisanal, Make it Marseille explore les champs de la créativité et de l’innovation pour accompagner les acteurs économiques dans leur transformation.

Nos maîtres mots sont partage, innovation et sens.

Au-delà de nos missions, nous nous impliquons dans des champs d’action plus larges. Nous avons initié à l’ouverture du lieu un cycle sur la transition, avec des experts pour échanger, s’ouvrir, apprendre et proposer des pistes.

Éducation, énergie, projection de films, des thématiques de société qui nous concernent tous en tant que citoyens et pour lesquelles Make it cherche à ouvrir le champ des possibles. Nous sommes tous des acteurs d’un monde en mouvement.

Et park(ing) day dans tout ça ?

Parking Day s’intègre dans cette même dynamique d’être acteur de notre ville.

C’est un sujet particulièrement présent à Marseille. La ville est en pleine révolution dans son aménagement, mais elle a encore du chemin à faire : stationnement des voitures, développement de pistes cyclables, création d’espaces verts et propres.

Il faudrait mettre l’accent sur 3 axes :

  • donner plus de place aux piétons et transports doux en diminuant la place de la voiture et de son stationnement
  • aménager des espaces créateurs de lien, d’échange et de création
  • végétaliser cette ville minérale

Et si… ?

Make it Marseille propose une installation où les passants sont invités à s’exprimer grâce à un dispositif créatif : l'atelier "Et si…"

L'idée est de laisser la parole aux citoyens pour manifester librement leur souhait pour la ville de demain.
Grâce à un canevas pré-imprimé, chacun pourra ainsi faire passer son message : "je souhaite que ... soit .... ".

Les passants créeront leur affiche grâce à un système de tampon graphique et typographique pour composer son propre message.

Chaque affiche est par la suite suspendue sur le parc créant au fur et à mesure de la journée une ombrière laissant filer les souhaits au vent pour que ceux-ci soient entendus et exaucer.

À vos souhaits...


L'atelier Et si... by Make it Marseille est installé rue Paradis, entre la Canebière et la rue Montgrand, Samedi 16 septembre de 11h à 18h

Make it marseille © Make it marseille
 
 

Parking Day | mardi 22 août 2017 | Semer des graines et laisser germer | Lire l'article

Semer des graines et laisser germer

À Lyon, le jardin est un outil stratégique pour réinventer une ville plus verte et créer du lien. Dounia Besson est élue dans le9e arrondissement et s’occupe notamment du renouvellement urbain à la Duchere. Elle est aussi l’adjointe au maire déléguée à l’économie sociale et solidaire et au développement durable, et c’est elle qui a fait du jardin partagé un véritable enjeu pour la ville. On lui a demandé pourquoi.

billet blog dounia besson 22-08-2017 © © la légumerie - Lyon
 

© la légumerie - Lyon

On ne compte plus le nombre de cadre supérieur qui change de cap, et les loisirs créatif prennent de l’importance. Le jardin, c’est une manière de renouer avec l’essentiel, et c’est ce que les citoyens réclament de plus en plus. Jardiner, c’est aller dans ce sens : revenir vers le lien avec la nature, le sol, sans le béton. Au delà des attentes des habitants, le jardin c’est aussi un formidable générateur de lien social. Même quand j’étais simplement militante à Vanves dans mon micro-quartier autour du 1er collège ZEP de France, j’utilisais le jardinage comme l’un des
1001 prétextes à la politique de la Ville.
Militante hier, politique aujourd’hui : même combat, et de belles réussites : quelque soit leur couleur politique, tous les arrondissements compte des adhérents à la charte des jardins partagés. Il existe 45 jardins, pour 2000 jardiniers bénévoles, le tout en partenariat avec les bailleurs sociaux : un vrai terrain de jeux pour promouvoir le label Lyon ville équitable et durable, et aller vers une ville « douce ».
Une ville plus consciente, grâce à la verdure ? Si les jardins participent au renouvellement urbain, ils sont aussi un prétexte tout trouvé pour parler des enjeux de l’alimentation et des circuits courts, et une manière d’apprendre la démocratie, de favoriser le vivre ensemble et de créer du lien entre les quartiers et avec sa périphérie.

billet blog dounia besson 22-08-2017 © © la légumerie - Lyon
 

© la légumerie - Lyon

Alimentation durable

Dans le cadre du plan européen UrbAct , Lyon s’est engagée, via son réseau de jardins partagés, sur les enjeux d’une alimentation durable pour tous. Et ça n’est pas une lubie de bobos, il y a une vraie mobilisation autour de la sensibilisation à ses sujets partout et notamment dans les quartiers dits sensibles. Potagers, hôtels à insectes, composteur grâce à l’aide systématique de la métropole, implication des écoles et crèches
publiques… Autant de moyens d’éduquer à l’alimentation, de mieux vivre avec son environnement et d’appréhender différemment les enjeux de l’espace public.

Partage et convivialité

Chacun apprend et échange les bonnes pratique au contact des autres, et les moments de convivialité font partie intégrante de la vie des jardins. La mairie organise des sessions de formation à la permaculture ou à l’agroécologie en lien avec le pass jardin mais aussi des conférences, des événements festifs pour réunir les jardiniers et là encore, échanger. La vice-présidente de la Légumerie ne savait rien faire, même pas cuisiner, aujourd’hui elle sensibilise sur toute la métropole, elle explique les étapes de son parcours, ses choix… Les bénévoles sont très actifs, on sent un vraie envie de transmettre et un besoin de changement.

Apprentissage de la démocratie

Les jardins partagés sont créés sous forme d’association. C’est une manière de mettre le collectif au centre de l’action. Chacun doit prendre l’autre en compte, il faut vivre en bonne intelligence. On est tous humains, parfois il y a des jeux d’ego, parfois on est tout feu tout flamme à la création et puis ça retombe, le noyau dur se retrouve seul, parfois les nouveaux jardiniers ont d’autres revendications, font d’autres choix... Il faut composer, insuffler une dynamique, expérimenter, tester… ça n’est pas toujours rose mais on trouve des solutions pour que chacun trouve sa place sans empiéter sur celle des autres. Bref : une démocratie à petite échelle.

Coopération entre territoires

Formations, événements conviviaux, conférences éco-jardinières… La Ville et la Métropole facilitent les échanges entre les différents jardins des différents quartiers. Chaque enjeu est différent, en fonction du territoire, de sa sociologie et de son histoire. Je suis pour l’hybridation et le mélange, ça créé de l’innovation. Ces rencontres favorise les échanges, les coopérations, l’ouverture sur l’autre et l’interpénétration, notamment au travers de ballades d’un jardin à l’autre. Intramuros mais aussi extramuros, en créant un lien avec les agriculteurs et paysans en périphérie.

L’espace, un enjeu prioritaire

Mais trouver des espaces est de plus en plus compliqué. Les jardins partagés s’étalent où ils peuvent, notamment en végétalisant les toits. Mais ça n’est pas la panacée, et les gens veulent cultiver en pleine terre, toucher le sol, et on ne peut pas pousser les murs. Dans ce contexte, les jardins ouvriers deviennent un enjeu. Le foncier appartient à la Ville et le jardin individuel est un luxe de plus en plus difficile à accorder. La ville change, la
sociologie change, et il faut le faire entendre. On partage, on explique, on invite les jardins ouvrier aux formations et conférences pour que les uns et les autres coopèrent. La Ville travaille à une convention et une charte commune, intégrant les jardins ouvriers dans l’espace des jardins partagés et sortir de la transmission de père en fils pour un partage plus équitable et plus transparent du territoire.

billet blog dounia besson 22-08-2017 © © la légumerie - Lyon
 

© la légumerie - Lyon

Le rôle des services publics

Les élus discutent, échangent, aident au quotidien, mais laissent chaque jardin libre de ses choix. On n'est pas là pour jouer les donneurs de leçons. C’est un travers qu’on peut vite retrouver dans la politique de la Ville. Soutenir mais laisser faire : les élus sont des facilitateurs (et parfois des diplomates) au service des acteurs. L'enjeu c’est l’espace et la démocratie, il y a une vraie volonté d’agir, on ne doit pas avoir la main mise mais être juste un soutien.

Un soutien financier aussi, même s’il est faible. Je ne vais pas être langue de bois, le financement est anecdotique, on bricole beaucoup, surtout que la Région se désengage sur des secteurs clés : l’alimentation, l’associatif, l’agriculture, la solidarité internationale, tout ces enjeux sont liés, c’est gravissime en terme d’emploi aussi. Il manque clairement un échelon. Mais si tout est lié, les jardins sont aussi un outil d’interpellation politique et la métropole pallie le manque.

Heureusement, car les besoins sont réels. Impossible de dupliquer les choses d’un jardin à l’autre, chacun a ses objectifs et ses impératifs. D’où l’importance de travailler en réseau et mobiliser les habitants pour qu’ils pallient ensemble au manque de certains pouvoirs publics.


Et demain ?

À quoi peut bien rêver Dounia Besson ? Je me souviens qu’à Vanves, quand j’étais petite, nous étions toujours à vélo, c’était assez vert, maintenant on prend sa voiture pour de petits trajets. J’aimerais qu’on revienne à ça. J’imagine une ville verte, avec des fermes et des jardins partagés, où on échangerait et on cuisinerait ensemble. Le partage, la convivialité, de grandes tables, des plaids… Je n’invente pas l’eau chaude, je reprend juste ce qui se faisaient naturellement avant, de manière informelle.

billet blog dounia besson 22-08-2017 © © la légumerie - Lyon
 
jardiniers nomades pkd 2015 © les jardiniers nomades
 


Park(ing) Day 2015 :

le jardin Sauve qui pneu des jardiniers nomades

Il y a deux ans, le collectif des Jardiniers Nomades s’installait sur une place de parking à Lyon. Les Jardiniers Nomades sont des paysagistes qui souhaitent créer une interaction entre les citoyens, ses voisins et leur territoire, en se réappropriant l’espace commun. L’année dernière, il a participé au Park(ing) Day à Lyon, dans le quartier historique de la Croix Rousse. Ils y ont  créé le Jardin Sauve qui pneu, « une invitation à la mobilisation citoyenne » en créant un espace d’échange entre groupe scolaires, habitants, street artistes… Le tout autour du réemploi d’éléments liés à la route comme mobilier urbain.

+ d’infos et de photo sur leur site : www.lesjardiniersnomades.com/parking-day

 

Parking Day | vendredi 11 août 2017 | Park(ing) Day 2017, les prémisses | Lire l'article

Park(ing) Day 2017, les prémisses

Dans un peu plus d'un mois vous serez des milliers partout dans le monde, avec vos idées et vos envie sur une place de parking de votre choix.
Armés de votre bonne volonté et votre bonne humeur, vous y questionnerez la place de la voiture en ville et imaginerez ensemble la ville de demain. Cette année, certains se sont déjà inscrits ; faisons ensemble le tour des premières propositions.

Carte France PARKING DAY 2012
 
 
 
mettre en avant la mobilité douce


La mobilité douce est une thématique qu’on retrouve dans les premiers projets inscrits cette année. Kecako ? On appelle mobilité douce les
moyens de transport qui ne sont pas polluants, tout simplement. Le vélo, les sports de glisse, la marche… Mais aussi des moyens de
transports en communs roulant à l’énergie verte.
Le jour du parking day, on pourra croiser ça et là des groupes de discussion autour de moyens de mobilité alternatifs ou, comme à St Nazaire par exemple, des ateliers de réparation de vélo.

© dédale © Humanleft / Roarr ep
 
 
 
répandre du vert et du beau


La ville de demain sera esthétique et verte. Esthétique, car les premiers projets mettent en avant des initiatives artistiques, comme pour dire que la ville de demain doit savoir s’arrêter de courir en avant pour utiliser sa force créative / créatrice. Du vert, parce que le bitume a besoin de verdure pour respirer, tout simplement et sauver notre environnement. Mais aussi mettre de la vie, aider à s’arrêter et retisser les liens nécessaires avec la nature.
A Dijon, une installation prévoit de lier les deux, avec un jardin éphémère et l’intervention d’un artiste autour d’une peinture au sol créée par un artiste.

 
repenser le design urbain


Du vert, du beau, du doux… Des chemins qui servent tous à repenser nos installations urbaines. Recréer la ville passe par recréer un cadre à la fois plus adapté aux besoin de demain (avec le retour de l’humain au centre des préoccupation) et aux impératifs qui sont les nôtres, notamment concernant la dépollution ou réduction des impacts. Le recyclage et l’utilisation multiple sont au cœur des réflexions autour du mobilier urbain.

C’est la question que se posera le collectif çavapu à Paris. Au travers du design, il s’intéresse notamment à l’économie circulaire, comme ci-dessous, avec l'installation flottante  "who made my clothe" réalisée à partir de matériaux de réemploi poussant à la réflexion sur nos rapports à la consommation, ou ces structures urbaines qui ont déjà connu une seconde vie… Leur en offriront-ils une troisième ?

collectif çavapu - blancs manteaux
collectif çavapu - blancs manteaux © collectif çavapu
 
 
 
Intervenir en citoyens-acteurs de la ville


Nous, citoyens, habitants, travailleurs dans la ville, personne y circulant, nous sommes au cœur de ces dispositifs. D’abord, parce que nous y
vivons ou parce que nous y passons… Mais aussi parce que nous y posons notre marque. Nous faisons la ville. Un regard qui nous semble
normal aujourd’hui, mais qui est à l’opposé de la manière dont les villes étaient pensées auparavant. C’est donc à nous de prendre la parole.
Partout, dans toutes les villes où un projet Park(ing) Day est annoncé, le participatif est l’honneur. Discussions, co-création et ateliers, convivialité
autour d’un apéro… Chacun est invité à se positionner, donner son point de vue et créer, ensemble, un espace commun.

 
Infos pratiques


Vous ne vous êtes pas encore décidé ? Vous avez encore un mois pour imaginer votre projet, sur ces axes ou non !
Pour vous inscrire, rien de plus simple : ce site est là pour vous guider !
Vous y trouverez un mode d’emploi avec toutes les explications, un bon d’inscription et des goodies
pour communiquer. Ensuite retournez sur notre page d’accueil, vous pourrez utiliser une carte sur laquelle placer votre park(ing) day et donner une info sommaire de ce que vous y proposer, pour que les promeneurs puissent venir vous rendre une petite visite !

Et n'hésitez pas à contacter Johanna si vous avez des questions !

Pas d'idée précise ? Allez piocher des idées à l'étranger, on a concocté un petit aperçu, ou bien dans l'une des éditions précédentes !

 
 

Parking Day | mardi 1 août 2017 | Elles veulent créer un déclic collectif | Lire l'article

Elles veulent créer un déclic collectif

Elles sont sociologues, urbanistes, travaillent sur l’engagement citoyen, les langages dans la Ville ou à l’échelle des quartiers. Le collectif grenoblois Déclic nage dans les mêmes eaux que Dédale (qui organise Park(ing) Day en France) et à puisqu’à plusieurs, on va plus loin, on a décidé de vous en parler.

declic collectif
 

Bonjour ! Qui êtes-vous, collectif Déclic ?

Pour la petite histoire, Déclic est né d’une rencontre entre “utopistes” de la ville à échelle humaine : Michaëlle est urbaniste et placemaker, Préscilia est urbaniste et sociologue, Anne-Laure est politologue spécialisée dans l’environnement.

Nous nous sommes retrouvées autour d’une envie de penser la ville autrement. Nous souhaitons redonner du pouvoir d’agir aux citoyens pour qu’ils puissent se positionner en tant qu’acteur sur leur cadre de vie. La mission de Déclic est donc de permettre aux citoyens de concevoir, gérer et animer les espaces urbains de leur quartier.

C’est ambitieux ! Ça passe pas quoi ?

Pour mettre en œuvre cette mission, nous poursuivons 4 objectifs tournés vers l’intégration des citoyens dans la politique de la Ville : Promouvoir et développer le placemaking , c’est-à-dire l’appropriation des espaces par ses habitants pour retisser du lien social ; encourager l’intégration des usagers dans la réflexion, la conception et la gestion des espaces publics ; accompagner les collectivités et leurs habitants dans leurs projets de création ou transformation d'espaces publics en véritables lieux de vie sains, sûrs, conviviaux et durables et enfin, mobiliser les citoyens et leur donner envie d'agir sur leur cadre de vie (grâce notamment à Park(ing) Day.

En parlant de Park(ing) Day, vous avez participé l’an dernier ?

Oui, Nous avons investi plusieurs places de stationnement attenantes à la place Championnet à Grenoble. Pourquoi cet endroit? Parce que c’est un espace passant (commerce, marché à proximité) au bout de la rue Lakanal dont la piétonisation est une hypothèse. Notre volonté était donc de montrer aux habitants qu’il est possible d’utiliser l’espace public autrement, que l’espace alloué à la voiture pourrait être ponctuellement ou partiellement dédié aux piétons pour redonner un peu de vie aux pieds de nos immeubles.

Et de quelle manière avez-vous fait passer le message ?

Nous avons imaginé trois espaces :

- Un espaces de convivialité, pour une ville plus partagée.
Le parking devient terrasse et invite à prendre le temps de s’arrêter et de se rencontrer. Nous avions installé des tables et des chaises de jardin, la boutique le Jardin du thé nous avait offert de quoi faire du thé glacé et une de nos amies apprentie pâtissière a proposé une dégustation de muffin au chocolat vegan et sans gluten. Ces installations nous ont permis de capter les gens et d’amorcer les discussions.
- Un espace “ usages éco-citoyens ” pour une ville plus durable,
Là, place aux vélos, au compostage et à l’agriculture urbaine. Nous avons installé des jardinières avec des plantes aromatiques en libre service (verveine + basilic) et proposé à l’association La citrouille (atelier de réparation de vélo) de se joindre à nous. Ils sont donc venus tenir un stand de réparation de vélo quelques heures. Grenoble-Alpes Métropole était présente aussi avec un composteur individuel en démonstration.
- Un espace ludique, pour une ville plus désirable.
Le club d’échec l’échiquier grenoblois nous a prêté son jeu d’échecs géant et les passants (dont l’élu de secteur) ont pu se mesurer seuls ou en équipe.

Vous vous êtes beaucoup entourées !

Oui, notre premier Park(ing) Day se voulait vraiment collaboratif, on tenait beaucoup à ne pas faire ça seules dans notre coin. La Ville de Grenoble a été prévenu en amont et nous a offert un soutien logistique (matériel + affiches + communiqué de presse). Nous profitons d’être dans la seule grande ville “verte” de France pour que les collectivités embarquent avec nous sur ce genre d’initiatives.

Votre premier… Vous comptez donc continuer cette année ?

OUI, on recommence cette année ! On garde les mêmes ingrédients, on se place au même endroit, d’autant plus que la rue Lakanal devrait très prochainement accueillir moins de voitures. On est toujours sur le principe de champ des possibles sur l’espace public mais en essayant d’entraîner plus d’acteurs avec nous.
Nous sommes encore en train de formaliser toutes nos idées, voici ce qu’on envisage : un espace de convivialité dans lequel les habitants du quartier et nous pourrions déjeuner ensemble, la découverte de la long board pour parler mobilité douce, un jeu géant (on hésite encore en échecs ou mikados), un place pour l’agriculture urbaine, une piste de danse et un piano et une touche artistique !

Comment voyez-vous la place de la voiture dans la ville ?

Avec l'essor de la voiture, la ville s’est développée autour de son usage. Les espaces publics sont principalement pensés pour pouvoir se déplacer en voiture, stationner sa voiture, faire ses courses en voiture... La vie s’est peu à peu retirée dans les espaces privés. Nous n’avons jamais été aussi nombreux à vivre au même endroit, pourtant la cohésion sociale et loin d’être une évidence.
Nous sommes convaincues que la manière dont on aménage la ville influence les modes de vie et inversement, même si la ville évolue plus lentement que la société, les deux sont liées et s’influencent l’une l’autre. Si on veut une société plus inclusive, plus soucieuse de l’environnement, plus citoyenne, l’espace dans lequel vit cette société doit permettre d’atteindre ces objectifs.

Et en dehors du Park(ing) Day, quel est le projet en cours ?

Nous menons actuellement une étude de conception pour le réaménagement d’un square à Fontaine (38). Nous accompagnons la collectivité dans l’écriture du plan guide d’aménagement. Afin d’intégrer au mieux les usages existants et souhaités par l’ensemble des parties prenantes, nous organisons des ateliers “placemaking” sur l’espaces, installons du mobilier éphémères et des animations en lien avec le futur aménagement. Cette démarche nous permet d’aller directement à la rencontre de ceux qui utilisent et gèrent l’espace, et de
tester certains usages.

Et pour y arriver, quels sont les leviers ?

Pour recréer du lien entre habitants et élus et redonner de l’intérêt notre solution s’appuie sur la mise en œuvre rapide d’actions concrètes issues de la démarche de Placemaking peu utilisée en France. Par exemple, plutôt que de mener une concertation sous forme de grandes réunions publiques en parallèle des études d’aménagement, nous proposons d’expérimenter de façon concrète, ludique et pédagogique différentes pistes d’aménagement. Pour cela, nous nous concentrons sur les usages. À partir de la typologie et du contexte d’un espace, nous testons différents usages, recueillons les envies et les craintes de l’ensemble des parties prenantes et observons comment l’espace se vit au quotidien. Ensuite, nous proposons un programme d’aménagement basé sur l’usager, qui prend en compte les contraintes techniques et de gestion.

Et le numérique ?

Pour une personne lambda, un des grands obstacles, c’est le temps. Les citoyens n’ont aujourd’hui pas ou que peu de temps à consacrer à ces enjeux qui souvent les dépassent. En ce sens le numérique peut être une piste de solution intéressante à explorer. Comment est-il possible de prendre part à un projet grâce à un outil numérique? Comment le numérique peut il favoriser la compréhension des enjeux liés à l'aménagement urbain? C’est un outil qu’on ne maîtrise pas (encore) chez Déclic, mais le numérique a très certainement un bel avenir en urbanisme.


Les usagers sont donc des acteurs ou architectes des évolutions de la Ville ?

Nous pensons qu’à notre échelle il est possible de renforcer la cohésion sociale et le vivre ensemble. Les habitants ont ancré en eux le fait que payer leurs impôts suffit à faire sa part dans la conception de nos villes. Les collectivités auraient, elles seules, la charge de planifier et gérer notre cadre de vie commun. Nous défendons l’idée selon laquelle les habitants doivent reprendre une partie de cette responsabilité. Prendre part aux décisions d’aménagement, à la gestion de certains espaces de proximité, c’est participer à redonner vie aux espace publics et favoriser l'émergence de villes saines, sûres, conviviales et durable.

Ça fait rêver… En parlant de rêves, elle ressemble à quoi, votre utopie de ville idéale ?

Mickaëlle : Dans ma ville idéale il y aurait des fruits et des fleurs que l'on pourrait cueillir, des échanges de sourires et des enfants qui pourraient jouer dans les rues.

Prescilia : Dans la mienne, les voitures ne stationneraient plus dans les rues, les gens se retrouveraient dans les rues, les parcs, les places après le boulot, les enfants y pourraient jouer en sécurité.

Anne-Laure : Dans ma ville idéale, chacun aurait sa juste place, les voitures à l’entrée de la ville, et les gens dans la ville. Un même espace servirait le matin au marché, l’après midi à un cinéma de plein air, où des gradins jailliraient du sol et le soir et les weeks-end, des espaces de jeux.

Merci !

Elles vous ont intéressées ? (Nous aussi)
Pour en savoir plus, visionnez cette vidéo de Julie Fontana, pour le Collectif Déclic : https://vimeo.com/183874961

declic collectif
 
declic collectif
 
declic collectif
 
 

Parking Day | jeudi 20 juillet 2017 | Park(ing) day, une imagination sans frontière | Lire l'article

parking day espagne

Park(ing) day, une imagination sans frontière

 

Le 15 septembre prochain aura lieu Park(ing) Day 2017. En France, oui, mais pas uniquement.
Depuis 2005, dans le monde entier, des citoyens, des artistes ou des activistes réinventent un usage différent du mobilier urbain. Le temps d’une journée, ils transforment une place de parking en… Tiens c’est vrai ça, en quoi d’ailleurs ?

 

DES JARDINS EN ESPAGNE

L’ONG espagnole la comunidad verde pour la promotion et la diffusion des bienfaits du jardinage et des espaces verts mobilise chaque année autour d’une véritable « culture verte ». Cette année, elle a réussi à installer 70 jardins éphémères dans toute l’Espagne.

Dans plus d’une vingtaine de villes de toutes tailles, des écoles, des associations de quartier, des citoyens, des paysagistes, des associations de commerçants se sont mobilisés. Beaucoup de villes en ont profité, justement pour créer un dialogue autour de leur politique environnementale. À Ondara, la Ville a même organisé un concours de photo du plus bel espace vert sur les réseaux sociaux, et franchement, ça vaut le coup d’oeil.

pkd espagne2
 
pkd berlin
 

JOURNALISME TOTAL À BERLIN

Les allemands sont parfois très surprenants. Pour fêter le Park(ing) Day, ils ne se contentent pas d’occuper une place de parking ; ils y font un reportage.
L’an dernier, le journaliste radio Moritz Metz de Deutschlandfunk Nova s’est donc installé sur une place de parking à Berlin. Il a évidemment payé l’horodateur, puis il a installé son petit siège, son petit plaid, et son petit pique-nique.
Envoyé spécial et journaliste de terrain, Moritz Metz rn’a même pas peur quand la police vient le voir, et ne bouge pas plus quand un automobiliste essaie de le déloger. Du journalisme total.

LE RÈGNE DE L’ABSURDE À SINGAPOUR

Vous voulez de l’absurde ? Singapour est très inventive en la matière. Ici, ça n’est pas la place de parking qu’on détourne, mais la voiture elle même.
Mélanger l’humour et l’utilitaire, c’était un peu l’idée de ce salon de coiffure tranquillement installé dans le coffre d’une voiture. Pourquoi pas, après tout ?
Humour et "wtf" toujours, avec un park(ing) transformé en scène de crime. Alors oui, le message est minime nous sommes d’accord, mais le détournement est là.
Mais la palme de l’inventivité revient à cette voiture recouverte de pelouse et accompagnée d’un panneau « parking plein » est du pur génie, on se rapproche de la poésie, mais oui.

pkd singapour
 
pkd montevideo
 

DU VÉLO À MONTEVIDEO

À Montevidéo, Park(ing) Day célèbre le vélo depuis 2013. Chaque année des opérations sont menées pour que les cyclistes investissent les places de parking, ici avec un parc à vélo, là avec des vélos installés pour recharger les batteries de téléphone, ailleurs un petit espace détente avec une démo d’un vélo fixie… Bref, ça roule (ha ha) pour le vélo chaque 3ème vendredi de septembre.
Mais l’année dernière, les défenseurs du 2 roues ont fait particulièrement fort, en créant des voitures autour de leurs vélo. On les voit ici roulant sur la route en direction de leurs places : on peut aisément voir la place que prend une voiture comparée à celle d’un vélo, et on peut presque sentir la légèreté du vélo et les dangers qu’il court. Une manière là encore originale et poétique de militer pour que le vélo remplace peu à peu la voiture à Montevideo.

UN JEU D’ENFANTS À SEATTLE

Quelles que soient les différences de cultures, de générations ou de contexte et de positionnement politique, on en revient toujours à la même chose : une société plus ludique. Partout, on voit des jeux de badminton ou de ping-pong, des installations décalées avec lesquelles jouer ou interagir...

Mais c’est indéniablement Seattle qui reçoit la palme du jeu. Au fil des ans, la ville très investie depuis toujours pour le Park(ing) Day installe des jeux pour les enfants et les adultes. Des zones (sécurisées) entièrement réservées aux plus petits, avec balançoires et toboggans, des jeux d’échec ou de scrabble géant, un puissance 4 géant, un mini mini-golf, un atelier pour que les enfants fassent des bulles de savons plus grosses qu’eux, et même un grand parcours de course de petites voitures. Sur gazon, mais ça serait beaucoup moins drôle si ça roulait normalement non?

pkd seattle
 
 

Parking Day | mercredi 3 juin 2015 | Du PARK(ing) DAY à la Journée sans voiture ! | Lire l'article

Journée sans voiture

Initié par un collectif de citoyens, représentants associatifs et artistes parisiens, et relayé par la Mairie de Paris, la Journée sans voiture débarque le 27 septembre prochain dans la capitale ! 

Le principe est simple : durant cette journée, la circulation des véhicules individuels motorisés (voitures, motos) sera arrêtée, à l’exception des secours, taxis et bénéficiaires de dérogations.

Transports publics gratuits et valorisés, flâneurs à la redécouverte de la ville, riverains qui se retrouveront pour des moments conviviaux en plein air : cette journée sera propice aux initiatives citoyennes, qui germeront dans tous les coins de la ville et qui seules animeront le silence retrouvé.

A l'image de PARK(ing) DAY, il s'agit durant cette journée de marquer les esprits et de laisser une trace durable dans l'imaginaire collectif en visualisant à quoi ressemble Paris vidée de ses voitures, avec un air plus pur et fourmillant d'initiatives citoyennes aussi créatives que festives. Une façon conviviale de tenter de trouver, ensemble, des solutions contre la pollution et le réchauffement climatique...

Plus d'infos sur le site internet du "bouquet de parisiens" à l'origine de l'initiative !

 
 

Parking Day | vendredi 23 août 2013 | Slogans PARK(ing) DAY 2014 | Lire l'article

La_bagnole_au_placard_les_idées_au_parking

Mise en mot de l'espace public et et mise en espace du mot, PARK(ing) DAY France se décline en slogans !

Petit apperçu de nos trouvailles :

Mettez la ville à l'an vert 

Libérer une place de parking redresse la productivité

Devenez urbaniste demandez l'impossible

Je partage tu partages nous partageons l'espace public / Ils privatisent l'espace public

Ne stationnez jamais

La bagnole au placard les idées au parking

Je suis actionnaire de l'espace public

Chaussée aux pommes

La ville deux points zéro

À bas la lutte des caisses

No parkaran

Laissez votre voiture prenez votre trotinnette

À vos parks !

La ville n'est pas une marchandise

Espace publicitaire

 
 

Parking Day | vendredi 21 juin 2013 | PARK(ing) DAY 2013 : Mobilisez-vous ! | Lire l'article

Roman photo mobilisation
 

PARK(ing) DAY vous invite à imaginer la ville de demain. La méthode est simple, trouver d'autres usages à nos places de parking. Faîtes places neuves et forces vives le 20 septembre prochain, rejoignez le grand « déparquement » !

Participer, c'est occuper une place de parking de façon ludique et décalée, proposer une réfléxion sur la ville qui nous entoure et celle que nous construirons demain. Partout en France, des initiatives viendront alimenter la journée en débats, propositions artistiques et démonstrations en tout genre.
N'attendez plus, inscrivez -vous et localisez-vous !

Suivez la mobilisation tout l'été, et restez connectés aux relais PARK(ing) DAY de votre région. Retrouvez également tous les participants sur le site internet de PARK(ing) DAY France et Facebook. À l'image d'une ville collaborative, l'évènement se construit aussi grâce à nos échanges : idées, photos, prises de contact entre participants, ces outils sont les vôtres pour préparer au mieux l'édition 2013.

 

 

Parking Day | vendredi 21 juin 2013 | Appel à bénévolat ! | Lire l'article

le grand déparquement


Pour sa 4ème édition, PARK(ing) DAY France cherche activement ses bénévoles pour appuyer l'organisation de l'évènement ! 

Vous êtes disponible dès maintenant, au cours de l'été et/ou le 20 septembre prochain, vous avez déjà participé à PARK(ing) DAY ou souhaitez découvrir cet évènement citoyen, venez soutenir l'équipe de Dédale, en charge de la production de l'évènement en France.

Nous recherchons des bénévoles pour nous aider aux missions suivantes :

- Diffusion d'affiches et de stickers dans les rues de Paris, pendant les campagnes d'affichage et de manière ponctuelle pendant l'été

- Mobilisation citoyenne dès la fin du mois de juin

- Accueil du public, médiation le jour J

- Montage de parks et régie pendant l'évènement

- Captation vidéo et sonore, post-production

Vélos et permis voiture bienvenus !

Vous souhaitez développer une de ses compétences ou mettre à profit vos expériences passées, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : noemie.riviere@dedale.info
 

 
 

Parking Day | jeudi 20 septembre 2012 | L'AGORA PARK(ing) DAY, c'est demain ! | Lire l'article

Montage Green Washing Machine Club PKD 2012

// A PARTIR DE 20H30 - PIQUE-NIQUE FESTIF PARK(ing) DAY - VENEZ NOUS REJOINDRE PLACE DE LA BOURSE !

PARK(ing) DAY sort les nappes à carreaux et propose à tous les participants de se rassembler autour d'un grand pique-nique convivial. Apportez votre sandwich, votre jus de pomme bio et échangeons sur les expériences de la journée!

Autour de ce dîner improvisé, des performances culinaires, VJ et DJ set viendront clore cette intense journée de mobilisation. 

AU PROGRAMME :

Semi-actif de jour,  le Banana Spi du collectif Ya+K s’imprègne des projets et expériences croisées dans la ville, ingère les paroles, les gestes, les pratiques. La nuit tombée, City Worm s’active et dissipe les informations digérées jusqu’au soir déployant sa présence fantomatique sur une longueur de 30 mètres. Il transcrit alors les expériences diurnes dans son interaction avec le contexte et l’architecture qui l’environnent. 

A partir de 20h...

Parmi les performances, Paule Kingleur (Paris Label) et Nicolas Bras (Musiques de Nulle part) présentent le Vélo'Big Band, une machine sonore pour alerte citoyenne... La Green Washing Machine Club, installation éphémère en carton, s'anime également sur les sons du DJ Christophe Goutes et se transforme en mini-club.

A la tombée de la nuit...

Le duo Wafolyv projettera des animations vidéo sur les murs de la Green Washing Machine. Il vous invite à découvrir leur interprétation visuelle du concept Park(ing) Day.

Place de la Bourse - Paris 2e

 
 

Parking Day | mardi 28 août 2012 | TODO List | Lire l'article

Cette année, on se prend en main et pour bien attaquer la rentrée qui approche, on a décidé de faire notre liste de bonnes résolutions :

TODO List
 
 

Parking Day | mardi 24 juillet 2012 | PARK(ing) DAY - Des européens connectés ! | Lire l'article

Pour l'édition 2012, les PARK(ing) DAY européens ont décidé de se connecter... Pour célébrer cette collaboration, Elisabetta et ses complices nous ont envoyé cette belle carte depuis les pavés brûlants de Milan !

PARK(ing) DAY Carte postale Milan
 
PARK(ing) DAY Carte postale Milan Verso
 
 

Parking Day | jeudi 19 juillet 2012 | PARK(ing) DAY - Jouons aux mots mêlés ! | Lire l'article

PARK(ing) DAY Mots mêlés
 

Vous pouvez enregistrer cette image et jouer sur Paint, Photoshop, Gimp.... Evitez simplement de barbouiller votre écran de coups de marqueurs !

 

Parking Day | jeudi 12 juillet 2012 | Les Doucet font PARK(ing) DAY - Episode 1 | Lire l'article

PARK(ing) DAY Série Les Doucet font Parking day
 

Aujourd’hui, début de votre nouvelle série de l’été tant attendue : « Les Doucet font PARK(ing) DAY ».

Chantal et Thierry ont cinquante ans, une charmante petite maison en région parisienne, un chien et une perruche. Ils ont une petite vie bien tranquille, certains diraient monotone. Oui, mais Chantal et Thierry ont aussi des idées...


Episode 1 : Liste des commissions, toute une négociation !


Chantal : Dis-moi, chéri, tu voudrais pas qu’on participe à PARK(ing) DAY cette année ? C’est marrant comme concept, et puis, c’est vrai qu’on est inondés de voitures dans le quartier, ça pourrait être sympa, non ?

Thierry : Oh oui, excellente idée ! En plus, j’ai eu une idée brillante hier soir… On pourrait fabriquer une installation lumino-mécanique géante !
J’ai fait une liste, il me faudrait : une clé à cliquet, 5 ou 6 douilles, un réducteur femelle, un clé mâle longue métrique à tête sphérique, une fiole d’huile, une pince à riveter, une tenaille de menuisier, un rabot Plane de charron, une agrafeuse pneumatique, des rivets aveugles en acier, du papier émeri, un lot de vrilles, une scie égoïne, un chasse goupille, quelques flexibles de préhension, des tamponnoirs, une clé dynamométrique, un étau perceuse à colonne, une presse de marqueterie, un serre-joint de maçon, un coffret de trépans, une perçeuse à percussion, une rainureuse murale, et bien sûr, quelques écrous.

Chantal : Ok… J’avais plutôt pensé installer un atelier-cuisine avec des produits du jardin.

Thierry : Tu veux dire que tu préparerais des gâteaux à la sauge, ceux avec les amandes ?

Chantal : Ben oui, pourquoi pas...

Thierry : Avec un velouté de panais-noisette ?

Chantal : Oui, je peux faire ça, oui.

Thierry : Et… des beignets de fleurs de sureau ?

Chantal : Si j’ai le temps oui, mais ça va être compliqué si je dois t’aider à monter ta structure.

Thierry :  Oh, en même temps, tu sais, je suis pas sûre que ce soit une bonne idée, après tout avec ma sciatique, ce serait pas très raisonnable de monter sur une échelle. Et puis, ça demanderait beaucoup de matériel…

Chantal : Ok, alors, il me faudra : un couteau en céramique, une grande théière à piston, une mandoline, une maryse, un cul de poule, un chinois…

 

Parking Day | jeudi 28 juin 2012 | PARK(ing) DAY en Europe | Lire l'article

Elisabetta PKD Milan

Petite devinette ?
C’est une ville italienne.
Elle compte 3650 vélos en libre service pour 160 km de pistes cyclables.
17 lignes de tram pour 3 lignes de métro.
C’est aussi la 2e ville la plus peuplée d’Italie et l’une des plus polluées d’Europe.

Trouvé ?

C’est Milan bien sûr !

La Ville se lance dans l’initiative PARK(ing) DAY grâce à trois paysagistes italiennes prêtes à tout pour reconquérir la place de la nature dans la Ville : Margherita Brianza, Elisabetta Cereghini, et Vittoria Tamanini.

Il y a quelques jours, nous avons rencontré Elisabetta, milanaise vivant à Paris, architecte de formation, paysagiste de profession et enseignante, et pleine d'enthousiasme à l'idée de lancer PARK(ing) DAY dans sa ville d'origine.

Elle nous a expliqué qu’à Milan, les voitures ont le pouvoir et la ville ne pense pas à la place du piéton. Pour y remédier, l’administration a créé une « ECO-zona ». C’est un périmètre au centre de la Ville, accessible aux automobilistes  qui payent 5 euros par jour. De quoi encourager les milanais à prendre les transports en commun et à marcher !

Milan délaisse aussi ses espaces de nature. Ces dernières années, la ville a tenté de mettre en place des dispositifs « verts », mais sans une réflexion poussée sur les usages des espaces publics et la mobilité dans la ville. C’est encore un terrain presque vierge où les lieux pour se rencontrer se font rares et, comme le dit Elisabetta : « si tu n’as pas de place pour te rencontrer, tu ne te rencontres pas. »

Accompagnée de Margherita et Vittoria, elles ont décidé de prendre les choses en main : « c’est le moment de s’interroger et d’interroger les citoyens, car le chantier est complexe ! »

Déjà une quinzaine d’associations se sont inscrites et les citoyens commencent à se mobiliser. On a hâte de voir les milanais squatter le bitume !

Grâce à une web cam connectée, les parisiens pourront faire connaissance avec leurs voisins milanais depuis leur place de parking et pourront ainsi partager leurs expériences.

Le RDV est pris le 21 et le 22 septembre !

http://milanoparkingday.over-blog.com

www.facebook.com/milano.parkingday

 
 

Parking Day | mercredi 20 juin 2012 | Rapport (un peu exagéré...) d'une réunion d'organisation de PARK(ing) DAY 2012 | Lire l'article

Rapport réunion pkd 2012
 
 

Parking Day | mercredi 30 mai 2012 | 15 bonnes raisons de participer à PARK(ing) DAY... | Lire l'article

Panneau PKD 2012

PARK(ing) DAY prépare sa 3e édition française... Voici 15 bonnes raisons d'y participer !

1. Pour le plaisir de s’asseoir sur des bottes de foin en ville

2. Parce que c'est sympa de se dire que d’autres personnes font la même chose que moi de l’autre côté de la terre

3. Parce que, de toutes façons, j’ai jamais rien de prévu le 3ème vendredi de septembre

4. Pour pouvoir dire que j’ai pique-niqué sur une place de parking

5. Pour que, quand les gens me demanderont où je suis partie en week-end, je puisse répondre : « En bas de chez moi ! »

6. Pour pouvoir entendre « Maman, pourquoi les gens ils sont installés sur une place de parking ? »

7. Parce que, de toutes façons, la place de parking fait la taille de mon appart, mais qu’en    plus c’est lumineux

8. Parce que par ce temps, y’a plus de place en terrasse

9. Parce que l’an dernier j’avais rencontré une grande blonde très sympa

10. Parce que je peux stationner ma poule et mon mouton sur une place de parking

11. Parce que là, c'est sûr, j'ai 10/10 pour l'animation à mon dîner presque parfait

12. Parce que je cherchais un endroit où garer mon vélo

13. Parce que c’est sympa de retrouver les automobilistes raleurs après les vacances

14. Pour pouvoir leur redonner le sourire en leur expliquant le principe

15. Parce que PARK(ing) DAY, c’est une occasion unique de s’exprimer et d’imaginer les usages urbains les plus fous !


Et vous, pourquoi participerez-vous à PARK(ing) DAY ?

 
 

Exposition | jeudi 2 février 2012 | PARK(ING) DAY S'EXPOSE... | Lire l'article

parkingday_design
 

PARK(ing) DAY présenté dans l'exposition "Sous les pavés, le design", consacrée à la place et au rôle des designers dans l'espace public, au lieu du design du 15 février au 23 juin 2012!


A travers des projets emblématiques, en France et à l’étranger, cette exposition témoigne du rôle stratégique des designers dans l’espace public de demain. Quel rôle jouent-ils dans le processus de conception et de réalisation de l’espace public ? Quelle est leur contribution sur le confort et l’usage, le partage et la régulation, l’accessibilité, le lien social, la durabilité, la place de la nature ou encore l’identité culturelle.

Le designer est présenté sous 8 postures complémentaires : humaniste, créateur inspirateur, innovateur, agent économique, acteur responsable et engagé, solveur de problème, médiateur et révélateur d’identité. 

PARK(ing) DAY sera présenté dans la section « acteur responsable et engagé, garant d’espaces publics durables ».

 

LIEU DU DESIGN

74 rue du Faubourg Saint-Antoine – 75012 Paris. Métro Bastille / Ledru Rollin

Du lundi au vendredi de 13h à 18h et le samedi de 13h à 19h - Accès libre

Exposition présentée du 15 février au 23 juin 2012

www.lieududesign.com

 

Parking Day | mercredi 26 octobre 2011 | DIAPORAMA 2011 | Lire l'article

 
 

Pendant 3 jours, les villes de France sont devenues de véritables laboratoires de nouveaux usages urbains. Découvrez les photos des Parks et des actions transversales de l'édition 2011.

Cette année : une transhumance de moutons, une cuisine mobile, du street tango, des performances de danse contemporaine, une cocotte en papier géante, une terrasse mobile, des quizz sur le développement urbain, un espace de mini-golf, une voiture-jardin, des dégustations de boissons bio et autres éclairs à la betterave, un potager imaginaire, une déambulation de camions jouets végétalisés et de la Clabine - enregistrements de messages géolocalisés, une lecture publique dans une voiture, la réalisation d'une BD par les passants, des portraits grand-formats d'habitants...

Et auussi : une parade verte à vélo reliant les places de parking occupées, une promenade urbaine spécial Parking Day - autour de l'échangeur de Bagnolet, un Green Drinks sur l'agriculture urbaine, une soirée festive et fédératrice de clôture sur l'équipement culturel flottant Petit Bain.

 

Merci à tous pour votre imagination !

 
 
 

Navigation

Dédale | Paris | Tél : +33 (0) 6 31 13 35 74 | contact@dedale.info

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux et pour nous permettre de mesurer l'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

x